Confinement : l’envol du numérique chez les professionnels de l’immobilier

La crise liée au Covid-19 a permis l’envol du numérique chez les professionnels de l’immobilier. Cette digitalisation des services, déjà bien entamée, transforme profondément le comportement des acquéreurs, vendeurs, locataires et professionnels de l’immobilier. Tour d’horizon des bonnes pratiques du secteur immobilier.

envol-numerique-professionnels-immobiliers

Les petites annonces en ligne : les pionniers

Aujourd’hui, plus de 9 projets sur 10 débutent sur internet avec une petite annonce. Quand on sait qu’un des leaders du marché s’est lancé sur le web, dès 1996, on réalise que le numérique chez les professionnels de l’immobilier occupe une place de choix dans leurs stratégies.

Les annonces intègrent de plus en plus de données sur l’environnement du bien : commerces et services de proximité, type d’habitants, établissements scolaires, loisirs, etc. Ce qui est un plus évident, chaque internaute ayant désormais la capacité de procéder à un premier tri qualitatif en fonction de ses exigences.

Question purement rhétorique : qui, de nos jours, pourrait imaginer se replonger dans de longues et fastidieuses recherches immobilières en privilégiant le papier ?

 

Les agences immobilières : sur tous les fronts

Avant le confinement, beaucoup de projets étaient en gestation. Cet arrêt imposé a permis de déverrouiller les craintes présentes chez de nombreux professionnels. La culture du digital était déjà bien ancrée dans les habitudes comme en témoignent le cas des petites annonces. Les représentations 3D pour les biens nécessitant d’importants travaux de rénovation sont l’exemple le plus flagrant des bonnes pratiques digitales du secteur.

Les agents immobiliers ont profité du confinement pour multiplier les visites virtuelles et travailler sur les dossiers des biens :

  • Des visites, en live, avec l’agent immobilier ;
  • Des dossiers gagnant en clarté et en précision grâce à des photos et descriptifs plus soignés qu’à l’accoutumée ;
  • Une présence plus efficace sur les réseaux sociaux.

Cette technique bénéficie aux agents comme aux acquéreurs et aux vendeurs :

  • Les pré-visites autorisent une meilleure organisation des plannings ;
  • Un filtrage pointu évite les visites inutiles en mettant l’accent sur des candidats plus qualifiés que d’ordinaire ;
  • Cette meilleure organisation se traduit par un gain de temps appréciable, les agents pouvant se consacrer à des activités à forte valeur ajoutée.

Les agents immobiliers ont également redécouvert le téléphone : prendre des nouvelles, qualifier des projets, relancer des prospects, etc. Le contact humain est le grand gagnant de l’épisode Coronavirus.

 

La chasse immobilière : du digital et de l’humain

Depuis 8 ans maintenant, Mon Chasseur Immo a fait le pari de réunir le meilleur de la technologie et des relations humaines. Dans les faits, cette philosophie se traduit par :

  • La signature de la lettre de mission (mandat) à distance ;
  • Un moteur de recherche qui permet de scanner 100 % du marché ;
  • Une application mobile permettant le suivi du projet H24 ;
  • Face à la crise, nous proposons également des visites sans déplacements ;
  • La signature du compromis à distance avec un notaire référencé ;

Et les résultats sont là :

  • Plus d’efficacité puisque moins de 3 visites, en moyenne, sont nécessaires aux candidats acquéreurs pour se décider ;
  • Une offre acceptée demande seulement 45 jours ;
  • L’économie moyenne, nos honoraires inclus, est de 6 % sur le budget initial des acquéreurs.

Le secret de notre succès repose également, surtout devrait-on écrire, sur l’expertise de plus de 120 chasseurs immobiliers déployés sur tout le territoire. Nos experts placent la relation humaine au cœur de tout projet immobilier. La technologie, oui, mais sans sacrifier les rapports humains.

 

Les notaires : la signature de l’acte de vente à distance

Le confinement a accéléré la signature à distance des actes notariés. Pour l’heure, ce type de signature est instauré à titre dérogatoire par le gouvernement. Si ce test grandeur nature s’avérait concluant, peut-être les décideurs politiques décideront-ils de rendre cette procédure permanente avec, à la clé, une plus grande facilité pour réunir les différentes parties. À suivre.

 

Les banques et les courtiers immobiliers : des dossiers traités plus rapidement

Si les banques et les courtiers en ligne existaient déjà avant le confinement, les réseaux classiques n’avaient pas forcément encore pris le virage du digital. Dorénavant, la plupart des demandes de prêts immobiliers pourront être initiées en ligne auprès de tous les acteurs du financement. Au final, un gain de temps considérable pour les futurs acquéreurs qui pourront se concentrer sur la recherche de leur futur logement.

 

L’estimation de biens : la technologie au service du mieux acheter

L’estimation en ligne est assez proche de la réalité grâce à l’exploitation de la data par des sociétés spécialisées. Comme pour la chasse immobilière, la combinaison de la technologie et de l’humain produit les meilleurs résultats. En effet, les estimations effectuées en ligne sont confirmées par l’expertise d’agents immobiliers avec lesquels vous pouvez être mis en relation, si vous le désirez.

 

Les syndics : la digitalisation fonctionne

Si depuis la loi ELAN un certain nombre de mesures devaient se digitaliser, elles étaient longues à prendre forme. Le confinement aura permis l’essor du numérique chez les professionnels de l’immobilier, y compris les syndics. Le champ d’application est large : gestion quotidienne de la copropriété, tenue des assemblées générales en visioconférence, délivrance des états datés auprès d’autres professionnels, etc. Pour le plus grand bénéfice du consommateur.

 

Les promoteurs et constructeurs : des poids lourds du numérique

Si leurs activités ont été fortement perturbées par le confinement, ces acteurs majeurs de l’immobilier sont engagés depuis des années dans le digital. De la personnalisation en temps réel de futurs logements neufs au BIM permettant à toutes les entreprises de partager les données des projets de construction, en passant par l’immersion dans les logements grâce à des lunettes de réalité virtuelle, la sauce numérique a bien pris dans cette branche de l’immobilier. Elle est même devenue vitale au regard des attentes de la clientèle.

 

Les travaux : directement depuis votre canapé

Exit le temps où vous deviez contacter un à un les différents artisans pour chiffrer vos travaux de rénovation. De très nombreuses entreprises spécialisées proposent de vous mettre en relation avec des entreprises partenaires depuis leur plateforme d’intermédiation. Gain de temps et d’argent à la clé puisque comparer les différentes prestations devient un jeu d’enfant.

 

Les architectes : le sur-mesure à portée de clic

Certes, dans ce métier, le bouche à oreille joue un rôle capital. Cependant, de nombreux professionnels souffrent d’un manque de visibilité auprès des maîtres d’ouvrage, comme les débutants le savent bien. Grâce à l’intermédiation, il est possible de déposer votre projet en ligne et de recevoir les offres de plusieurs architectes. Tout le monde y gagne.

 

Les services de l’État : celui que vous n’attendiez pas

Que ce soit au niveau communal, pour le traitement des dossiers, de l’exploitation des données cadastrales et l’historique des valeurs foncières permettant de consulter les prix des transactions des 5 dernières années sur tout le territoire, ou encore de l’outil fabuleux qu’est Géoportail mettant la connaissance du territoire à la portée de tous, le numérique fait désormais partie intégrante de l’ADN des services étatiques.

 

Conclusion

En étudiant l’utilisation du numérique chez les professionnels de l’immobilier, force est de constater que la technologie fait partie de leur quotidien, depuis deux décennies pour certains. Mieux, nombre d’acteurs rivalisent d’ingéniosité afin de proposer à leurs clients la meilleure expérience possible. Mot d’ordre : innover pour fluidifier et simplifier la relation client.

N’oublions pas de mentionner le développement des Proptech, start-up dédiées au monde de l’immobilier. Ces dernières comptent bien disrupter le marché et les acteurs historiques en inventant de nouvelles façons de consommer, de se loger et d’investir. Quelques exemples :

  • Le crowfunding immobilier qui vous permet de participer à un projet immobilier à partir de 1.000 € ;
  • L’achat immédiat, et cash, de votre logement par un professionnel ;
  • etc.

Quand la technologie est au service de l’humain et qu’elle apporte un vrai plus, alors elle permet aux professionnels de faire ce qu’ils savent le mieux faire : leur métier !

Prenons soin de votre projet d'achat !

Articles similaires

Dans "Spécial Covid-19"

Dans "Spécial Covid-19"

Dans "Spécial Covid-19"